Quelle puissance et quel rendement pour bien choisir son bois de chauffage ?

bois de chauffage

Face au développement d’autres modes de combustion, le bois de chauffage a connu un recul au profit de l’électricité, le gaz, etc. Cependant, depuis quelques années, il redevient le premier choix de nombreux foyers. De fait, on assiste à une explosion de la demande. Et, pour avoir un produit de bonne qualité, vous devez faire attention à certains critères comme la puissance et le rendement.

Quelle puissance pour choisir son bois de chauffage ?

La puissance ou pouvoir calorifique fait référence à la chaleur que dégage un bois chauffage lors de sa combustion. Exprimée en kWh/kg, la puissance du bois de chauffage n’est pas la même, car elle dépend de nombreux facteurs.

L’un des premiers éléments ayant une influence sur la puissance du bois de chauffage est son taux d’humidité. En effet, les bois plus secs, dont l’humidité est inférieure à 15 %, sont dotés d’un pouvoir calorifique plus important que les bois humides.

Il est bon de noter que selon leur humidité, les bois de chauffage sont classés en trois catégories : bois sec, mi-sec et vert. Le bois sec est celui qui a le taux d’humidité le plus bas : celui-ci est en dessous de 25 %. Les bois de cette catégorie brûlent très bien et produisent énormément de chaleur.

Les bois mi-secs sont ceux dont le taux d’humidité est compris entre 25 et 40 %. Ils ont besoin d’un séchage prolongé pour devenir complètement sec. Le pouvoir calorifique des bois mi-secs est moyen.

Enfin, les bois humides sont ceux dont le taux d’humidité est au-delà de 40 %. Si vous recherchez du bois de chauffage pouvant atteindre une certaine puissance, ce type n’est pas recommandé. Pour plus d’informations sur ce critère, vous pouvez voir ici.

En dehors du taux d’humidité du bois, un autre critère impacte la puissance du bois de chauffage : il s’agit de l’essence. En matière de bois de chauffage, on a en plus des résineux, trois (03) principaux groupes.

Le groupe I rassemble les essences de bois dites dures. Parmi ces essences, on peut citer le chêne, l’érable, l’orme, le frêne, le hêtre, le bouleau… Ces essences sont celles qui ont le pouvoir calorifique le plus élevé. Elles produisent beaucoup de chaleur et brûlent lentement dans la cheminée.

Le groupe II se compose des essences de bois dites intermédiaires. Leur pouvoir calorifique est moindre que celui des bois durs, mais reste non-négligeable. Ces essences sont pour la plupart des arbres fruitiers tels que : l’acacia, le châtaignier, le merisier…

Les autres essences encore appelées bois tendres sont regroupées dans le groupe III. Ces dernières ont un pouvoir calorifique faible et ne tiennent pas longtemps dans l’âtre.

Les résineux sont un peu mis à part, car même s’ils peuvent être considérés comme étant du 3ème groupe, ce sont des essences qui brûlent vite et qui produisent rapidement de la chaleur. Cependant, leur pouvoir calorifique n’est pas important. Ils sont généralement utilisés pour alimenter un feu.

L’estimation moyenne du pouvoir calorifique des trois principaux groupes de bois de chauffage donne ce qui suit :

  • Groupe I : 2000 kWh par stère brûlé ;
  • Groupe II : 1700 kWh par stère brûlé ;
  • Groupe III : 1600 kWh par stère brûlé.

La puissance du dispositif de chauffage

Pour profiter de la puissance de votre bois de chauffage, il est aussi indispensable de faire attention à celle du dispositif. De façon plus précise, il faut dire que la puissance du dispositif conditionnera la température de votre intérieur.

Si la puissance de votre appareil est insuffisante, ce dernier aura beaucoup du mal à atteindre la température de confort souhaitée. Dans certains cas, cette température ne sera jamais atteinte. En revanche, si le dispositif est trop puissant, vous devrez le faire tourner au ralenti en diminuant les « arrivées d’air ».

Cette réduction va causer une combustion incomplète du bois de chauffage. Vous ne profiterez donc pas de la puissance maximale que peut produire votre bois. En plus de cela, votre dispositif sera plus encrassé.

En résumé, il est important de veiller à ce que le dispositif ait également la puissance adéquate pour un bon chauffage de votre intérieur. La puissance d’un dispositif dépend de plusieurs facteurs : la surface à chauffer, le niveau d’isolation de l’habitat, la température extérieure de la zone d’habitation et la température intérieure.

Quel rendement pour choisir son bois de chauffage ?

Le rendement est lié au pouvoir calorifique de votre bois de chauffage. En effet, les essences ayant le meilleur rendement sont celles qui ont les plus grands pouvoirs calorifiques. Les bois de chauffage dont le pouvoir calorifique est très élevé ont un rendement thermique pouvant atteindre les 80 à 95 %. Cela veut dire que la combustion est presque totale pour ce type de bois.

Cependant, on peut citer un autre élément pouvant influencer le rendement de votre bois de chauffage : la densité. Plus un bois est dense, plus lente est sa combustion. Par conséquent, il produira de la chaleur sur une période plus longue.

Le rendement du dispositif de chauffage

En dehors du rendement énergétique du bois de chauffage, celui de votre chauffage à bois est également à prendre en compte parce qu’il n’est pas le même et varie fortement sur les différents appareils présents sur le marché.

Par exemple, les cheminées traditionnelles ont un rendement thermique ne dépassant pas les 20 %. Cela est lié à leur forte déperdition de chaleur lors du chauffage qui est de 80 %. Par contre, pour un insert, le rendement est compris entre 60 et 80 %.

La poêle alternative est un autre type d’appareil de chauffage et son rendement est entre 70 et 85 %. La chaudière est le dispositif qui a le rendement le plus important (93 %). Le choix de l’un ou de l’autre de ces appareils dépend de plusieurs facteurs au sein d’un foyer.

Mais, retenez qu’en utilisant un chauffage ayant un faible taux de déperdition couplé à du bois de qualité, vous maximiserez le rendement de votre bois de chauffage.

Les bûches de bois compressées ou densifiées

Les bois de chauffage existent sous différentes formes et n’ont pas le même intérêt du point de vue rendement et puissance. Les bûches de bois compressées ou densifiées sont les produits fabriqués à base de sciures ou de copeaux de bois.

Disponible également sous forme de granulés ou de pellets, les bûches densifiées sans additifs ou liants ont pour la plupart un taux d’humidité compris entre 8 et 10 %. Ce sont donc des produits dotés d’un pouvoir calorifique très important et d’un très bon rendement.

Les pellets ou granulés de bois par exemple ont un pouvoir calorifique qui tourne autour de 5 kWh/kg environ. Par ailleurs, certaines estimations ont montré que 2 kg de pellets de bois peuvent produire jusqu’à trois fois la puissance calorifique d’une bûche. Avec ce type de bois, vous êtes sûr de disposer d’un bois de chauffage de qualité en termes de puissance.

De plus, le rendement thermique du bois confectionné sous cette forme est compris entre 80 et 95 % et sa combustion est presque totale.

Comment se procurer du bois de chauffage ?

La vente de bois de chauffage est un secteur réglementé et tout le monde n’est pas en mesure de pratiquer cette activité. Pour l’achat de votre bois de chauffage, il est préférable de se tourner vers des professionnels.

Il est aussi possible d’acquérir ce produit auprès de : l’Office National des Forêts (ONF), magasins à bricoler, stations à essence, sites de vente en ligne tels que Amazon, Cdiscount, Brazeco,…

Les côtés négatifs de l’énergie solaire
Tout savoir sur le gaz naturel : de son extraction à son acheminement